Anglais

L’amour divin est or, permanent, immuable et libre. Permettez à la lampe de votre cœur de s’allumer et expérimentez le plus profond des chemins spirituels. -S.S. Sai Maa

Diwali est une fête extrêmement populaire célébrée partout en Inde par les hindous, les jaïns, les sikhs et même certains bouddhistes. Elle est célébrée pendant 4 ou 5 jours du milieu à la fin octobre dans le calendrier occidental. Elle coïncide avec la nouvelle lune du mois, appelée amāsvasya – la nuit la plus sombre du calendrier luni-solaire hindou. Traditionnellement, elle est célébrée en allumant de petites lampes à ghee, en les arrangeant souvent dans de beaux motifs dans toute la maison, le village ou la ville. Les célébrations modernes comprennent également de nombreux feux d’artifice et des lumières électriques tapissant tous les bâtiments à perte de vue. Le nom Diwali, également appelé souvent Deepavali, vient de dīpa qui signifie lampe et d’Avali qui signifie «rangée», chemin.

Si vous voyagez à travers l’Inde et vous demandez l’origine de Diwali et il est possible que vous obteniez une réponse différente de chaque personne que vous rencontrerez. Pour certains, c’est la célébration du nouvel an, pour d’autres, c’est la célébration séculaire de la récolte. C’est le moment de remercier la générosité que nous recevons, l’abondance de la vie, accueillir Lakshmi à la maison. Pour les sikhs, il s’agit d’une célébration de la libération du Guru Har Gobind lorsqu’il a été emprisonné. Pour les Jaïns, c’est le jour où le Mahavir Jain a atteint le Moksha, ou l’illumination. Une des histoires les plus populaires racontées dans toute l’Inde, cependant, provient du Ramayana, une épopée ancienne avec plus de 24 000 vers et 500 chapitres, datant du 5ème siècle avant notre ère.

Il était une fois, Lord Ram est né un prince dans le royaume d’Ayodhya. À mesure qu’il grandissait, la femme du roi devint jalouse de Ram. Elle a exigé que le roi exile Ram et sa belle épouse Sita du royaume afin que son fils puisse prendre la place de Ram comme prochain candidat au trône. Parce que le roi s’était engagé à honorer toutes les demandes de son épouse sans exception, il envoya Ram et Sita dans la forêt pendant 14 ans, suivis par le frère fidèle de Ram, Lakshman. Après quelques années dans les bois, Ram et Lakshman ont été approchés par une démone, Shurpanakha, qui était complètement tombée sous le charme du beau Ram et de Lakshman. Furieuse d’être rejetée par les deux, elle révéla sa forme de démon féroce et l’attaqua. Lakshman lui coupa les yeux et le nez et la renvoya chez elle en fuite, à son domicile, à Lanka. Son frère, Ravana, roi de Lanka et lui-même un démon incroyablement puissant, a vu ce que Ram et Lakshman avaient fait et voué vengeance aux frères.

En employant l’aide d’un démon en forme de cerf doré, Ravana a distrait les frères et a enlevé Sita, la ramenant à Lanka et emprisonnant le bien-aimé de Ram. Sachant que quelque chose n’allait pas, Ram et Lakshman allèrent à la recherche de Sita et se heurtèrent commodément à une immense armée de singes, d’ours et d’hommes dirigés par Hanuman, le dieu-singe. Reconnaissant Ram comme l’incarnation de Dieu, Hanuman a juré de le servir et de l’aider à trouver son amour, Sita. Dans un autre cas de chance, Hanuman pouvait voler et était si fort qu’il pouvait déplacer des montagnes pour aider à la recherche de Sita, et il découvrit qu’elle était retenue captive par le démon roi Ravana à Lanka.

Cue une guerre vraiment épique entre les dieux et les démons, où tous les démons ont été massacrés, sauf un: le tout puissant roi Ravana. Ram a tout essayé pour vaincre le démon et rien ne lui ferait de mal. Il fallut le conseil du frère de Ravana pour révéler le point faible du roi Ravana; son nombril. 

De manière très ancienne et épique, Ravana a été vaincu avec une seule flèche vers le nombril. Hanuman, Ram et Lakshman ont sauvé Sita et ses 14 années d’exil se sont soldées par un début heureux. Ils sont ensuite retournés à Ayodhya où ils ont été accueillis avec défilés, fleurs et lampes allumées dans les rues et à toutes les fenêtres, alors que la ville accueillait leur véritable roi à la maison. Une fin heureuse si jamais il y en avait une.

Il y a tellement de façons de lire et d’interpréter cette épopée engageante. Pour moi, il s’agit véritablement d’un récit de retour au Soi, le retour à la reconnaissance de dieu, de la lumière à l’intérieur. Il y a tellement de circonstances dans la vie où il est possible de «s’exiler» soi-même, de voir la séparation entre le monde physique et notre vraie nature. Quitter le royaume et entrer dans la forêt, c’est sortir du souvenir de ce que nous sommes vraiment – Dieu, l’incarnation de Dieu, l’avatar de la Lumière – et commencer à se battre pour survivre dans la dure illusion de la séparation. Non seulement notre vraie nature est perçue comme distincte, mais les parties masculine et féminine de notre soi sont divisées, enlevées, en quête, en combat. Ce n’est que par la bataille de «démons» internes – nos schémas négatifs, le manque d’amour de soi, l’oubli de qui nous sommes vraiment – que nous fusionnons ces parties de nous-mêmes et pouvons ainsi retourner, dans leur ensemble, au royaume du Soi, la lumière. C’est la fusion du petit soi avec le Soi, avec la lumière du cœur, la lumière de la Source, avec tout ce qui est.

Prenez un moment, Diwali, et rejoignez des millions de personnes dans le monde entier pour allumer une lampe, une flamme pour dissiper les ténèbres qui couvrent la lumière, une lampe à mémoriser et étendre notre propre lumière inextinguible à l’intérieur.

Pin It on Pinterest